Quel avenir ?
Recherche
Accueil > Tribune Libre > Y’en a de l’argent mais pas (...)
Tribune Libre
Y’en a de l’argent mais pas pour tout le monde et pas partout !

2007 est un excellent cru pour les patrons du CAC 40, comme quoi l’économie dont ils nous rebattent les oreilles ne se porte pas si mal, ce qui est fondamentalement en cause, c’est la répartition des immenses richesses produites.
Les salaires des patrons des 40 premières entreprises ont augmenté en une année de plus de 57 % passant de 102 millions d’euros à la bagatelle de 161 millions, chiffre auquel il convient d’ajouter pour prendre la mesure une progression de 52 % des dividendes et 351 % des stock-options.
Le directeur général de l’Oréal perçoit 2 millions d’euros par mois, le PDG de Vallourec prend plus de 18 millions par an ce qui représente une augmentation de 2312 %, celui de Vinci plus 552 %, celui de Suez plus 364 %. Il ne s’agit que d’une partie des chiffres en France, des millionnaires et des milliardaires il y en aurait ailleurs selon nos sources.
Et ce ne sont que les exemples les plus éloquents, dans le même temps nous sommes noyés par des images qui nous montrent la faim dans le monde, les émeutes qu’elles produisent, famines qui ne cessent de gagner du terrain et de toucher de plus en plus de femmes, d’hommes et d’enfants.
Il n’est donc pas très compliqué de comprendre que ce qui est en cause c’est le partage des immenses richesses produites et non le manque de richesses.
Vous en voulez des chiffres d’inégalités ? Je peux vous en donner quelques uns.
Ainsi le PIB par habitant est de 60 228 dollars au Luxembourg et de 667 dollars au Malawi, de 41 890 dollars au Etats-Unis et de 699 dollars au Burundi, de 41 420 dollars en Norvège et de 714 dollars en République Démocratique du Congo.
Ce PIB qui ne peut être qu’une simple indication tant les richesses d’un Etat ne sont partagés que par quelques uns dans la plupart des cas CONTRE l’immense majorité qui est exploitée et dominée.
Encore ?

L’espérance de vie à la naissance est de 81, 9 ans à Hong-Kong et de 40, 5 ans en Zambie, de 81, 5 ans en Islande et de 40, 9 ans au Zimbabwe, de 81, 3 ans en Suisse et de 40, 9 ans au Swaziland.
Le taux d’alphabétisation est de 23, 6 % au Burkina Faso, de 24 % au Mali contre près de 100 % dans les pays les plus riches, le taux de scolarisation est de 22, 7 % au Niger, de 25, 3 % à Djibouti contre 100 % dans certains des pays les plus riches.
Tout le reste est à l’avenant, que ce soit en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement, à l’énergie, aux services de santé, à la nutrition, en droits humains, particulièrement des femmes.
En Erythrée 75 % de la population est considérée comme sous alimentée, 74 % en République Démocratique du Congo, 66 % au Burundi.
Au Nigeria 92, 4 % de la population survit avec moins de 2 dollars par jour et 70, 8 % avec moins de 1 dollar, en Tanzanie, c’est respectivement 89, 9 % et 57, 8 %, au Burundi 87, 6 % et 54, 6 %.
Au bout du bout, des dizaines, des centaines de millions d’enfants, de femmes et d’hommes survivent avec quelques dizaines ou centaines d’euros par mois, travailler ne protège plus contre la pauvreté.
Il y a pourtant moyen de faire autrement au vingt et unième siècle, personne ne devrait être condamné à la survie, à la misère et à l’angoisse, nous ne devons pas accepter la dictature de l’argent et la fatalité qui l’accompagne, nous devons nous battre pour que chacune et chacun de par la planète devienne une grande priorité, sinon nous y laisserons notre espoir, nos illusions et notre dignité.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr