Avec l’Apeis, plus jamais seul !
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > Y’a pas de petites infamies
APEIS
Y’a pas de petites infamies
16 novembre 2011

Nicolas Sarkozy annonce des mesures, qui une fois de plus vont s’attaquer à celles et ceux qui sont déjà bien trop touchés et qui ne sont certainement pas responsables de la terrible situation dans laquelle nous sommes.
Les tricheurs seraient selon le Président de la République les salariés qui profiteraient de faux arrêts de travail et absolument pas les grands patrons qui ne paient pas leurs cotisations sociales, ce qu’ils appellent par ailleurs charges.
Les profiteurs seraient les « victimes » du RSA qui doivent survivre avec 400 euros par mois et non les actionnaires qui se partagent des dividendes pharaoniques et les grands patrons des entreprises du CAC 40 qui se versent des salaires qui ressemblent au pire des cynismes.
Les fourbes fonctionnaires seraient responsables du trou de la sécu ce qui justifieraient la mise en place d’un jour de carence et pas les patrons et entreprises qui ne mettent rien de suffisant en place pour faire face aux accidents du travail et prévenir les maladies professionnelles.
Décidemment Nicolas Sarkozy aura en 5 années de présidence, mis le turbo contre les salariés, les pauvres, les plus fragiles, il aura réussi à faire de la précarité un mode de vie pour des dizaines de millions de femmes et d’hommes et rendu les riches encore plus riches.
Quand a-t-il parlé des millions de familles qui ne vont plus chez le médecin, qui ne savent plus ce qu’est un dentiste ?

Quand aborde-t-il les dizaines de milliers de femmes et d’hommes qui dorment dans la rue, ce qui aboutit au fait qu’un bébé meure dans la rue ?
Quand prend-t-il des mesures contre les entreprises qui licencient des dizaines de milliers de salariés alors même qu’elles font des profits ?
Elles sont où, hein, les belles promesses du candidat de 2007, vous savez ; « travailler plus pour gagner plus », qu’il aille le dire aux milliers de salariés pris dans l’étau de fer des plans dits sociaux ! Ou encore « plus personne ne sera à la rue », qu’il aille le dire aux presque 300 morts de la rue de cette année 2011.
La précarité a tant gagné, a tellement acculé de femmes, d’hommes, d’enfants, de familles à la misère et aux urgences sans nombre, que des maladies quasiment éradiquées sous nos latitudes reviennent en force, saturnisme, tuberculose, rougeole…
La décence ne fait décidemment pas partie du paysage politique et intellectuel du Président de la République.

Villejuif, le 16 novembre 2011
Philippe Villechalane, porte parole


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr