Assez de mépris
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > Une maman et ses 5 enfants,
APEIS
Une maman et ses 5 enfants, toujours à la rue ! Une maman et 5 ses enfants, toujours en danger !
janvier 2003

Jeudi 16 janvier, six militants de l’APEIS ont investi un pavillon à Vitry sur Seine pour interpeller le Préfet sur la situation dramatique d’une maman et de ses cinq enfants âgés de 11 mois à 7 ans et demi qui sont sans domicile fixe depuis le mois de juillet 2002.

Ils en ont été délogés quelques heures plus tard par des forces de police considérables et démesurées, plusieurs dizaines de policiers pour quelques militants qui refusent qu’une femme et ses 5 enfants restent à la rue, traités pire que des animaux.

Près de 3 H plus tard, fin de la garde à vue, plainte contre l’association et ses militants mais pas de nouvelles du Préfet et de son cabinet qui préfèrent apparemment l’ordre et la défense de la propriété privée aux individus fussent-ils en grand danger, parce que le pire peut arriver et les uns et les autres verseront alors de grosses larmes… de crocodile devant les journaux télévisés qui annonceront la triste nouvelle comme une fatalité.

Pour la soixantaine de femmes et d’hommes qui sont venus devant le commissariat soutenir l’action de l’APEIS et exiger la libération des six militants, les choses sont claires et nettes, elles l’ont annoncées, elles sont prêtes à s’investir encore plus directement pour ne pas accepter l’inacceptable.

Il n’en reste pas moins que la situation de Mme Nimaga n’est toujours pas réglée, qu’elle est toujours obligée de tourner toute la journée avec ses deux enfants non scolarisés en attendant de regagner son hebergement a 19 H.
Il n’en reste pas moins qu’elle est condamnée à errer d’hôtels sordides en foyers d’urgences à la merci des marchands de sommeil.
Il n’en reste pas moins qu’elle n’a pas la possibilité de pouvoir préparer de repas chauds à ses enfants.

Monsieur le Préfet du Val de Marne doit accepter une table ronde pour d’une part trouver de toute urgence une solution digne et décente pour Mme Nimaga et pour d’autre part chercher avec les partenaires institutionnels les moyens d’accès au logement pour les familles les plus pauvres et notamment des femmes isolées.

L’APEIS et ses militants appelle au soutien actif de tous et de chacun car nous sommes tous concerné par la maltraitance qui est faite à Mme Nimaga, à Nakela (7ans et demi), Mamadou (6 ans), Moussa (4ans et demi), Sikilé (2ans), et Hawa (11mois).

Sans égalité pas de cohésion de la société, plutôt que d’envoyer les forces de répression encadrer la pauvreté et justifier le moins social dans nos quartiers, le gouvernement doit permettre à tous de vivre dans des conditions décentes.

L’APEIS ne lâchera pas l’affaire, si nous y sommes contraint par le refus du Préfet de nous recevoir et surtout le régler la situation de Mme Nimaga et des 5 bambins, nous recommencerons !

16 Janvier 2003


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr