Avec l’Apeis, plus jamais seul !
Recherche
Accueil > APEIS > Tracts > Tous dans la rue le 4 Avril
APEIS
Tous dans la rue le 4 Avril pour défendre notre droit à un travail (Apeis Limoges)
3 avril 2006

Depuis le début des années 1980, on assiste à une extension massive de la précarité. Alors que la loi prévoit d’encadrer le recours aux CDD et à l’intérim, ceux ci représentent 80 % des embauches actuelles.


Contrairement aux différents discours gouvernementaux, ni les nouveaux contrats, ni les nombreuses aides qui les accompagnent n’ont pour effet de créer les emplois nécessaires pour faire baisser la courbe du chômage. Ces nouveaux contrats n’ont que pour seul objectif d’offrir aux entreprises une main d’œuvre docile, flexible et pas chère pour permettre aux actionnaires de maximiser les profits.
Les politiques mises en place depuis 20 ans pour lutter contre le chômage n’ont servi qu’à mettre en place toujours plus de contrats précaires en lieu et place du CDI. Des contrats comme le CPE-CNE sont exonérés de charges patronales et répondent à l’intérêt du MEDEF de casser le code du travail. En prenant un décret le 13 janvier dernier autorisant le travail de nuit des apprentis mineurs, Villepin entend revenir sur la première loi de protection des salariés, celle du 22 mars 1841 qui fixait l’admission à huit ans et interdisait aux enfants les travaux de nuit.

Aujourd’hui de plus en plus de Français et de Françaises sont dans la rue, la colère s’exprime et la logique de casse sociale du gouvernement est combattue par les jeunes, les salariés, les précaires, les chômeurs et tous ceux qui veulent que leurs droits de citoyens soient respectés. Plus de 1,5 million de gens sont descendus dans la rue le 18 mars et 3 millions le 28 mars. Un appel à la grève interprofessionnelle est lancé pour le mardi 4 avril. Nous les chômeurs qui sommes les premiers concernés devons descendre dans la rue massivement pour qu’on nous voit.
Il n’y pas que le CPE, il existe plus de 26 contrats précaires et les logiques actuelles sont de faire de nous les nouveaux esclaves du système.
Nous refusons un avenir de précarité dans une France qui n’a jamais été aussi riche. Nous devons nous mobiliser tous ensemble ! Nous sommes de plus en plus nombreux à en avoir plus qu’assez des promesses bidons. Nous ne sommes pas aveugles et nous savons tous que le gouvernement veut casser le droit du travail en France. La République repose sur un contrat social entre tous les citoyens, les citoyennes et le gouvernement qui représente l’intérêt général.

Mais aujourd’hui c’est l’intérêt des riches qui gouverne et pas celui du peuple.
La République doit un travail à tous ou doit nous offrir les moyens de vivre dignement, le gouvernement est là pour faire respecter nos droits fondamentaux. S’il ne le fait pas, ce sera la Révolution, légitime, en vertu du droit inaliénable et imprescriptible du peuple à changer un gouvernement qui ne répond pas aux aspirations du peuple. Ce droit a été reconnu par la constitution de l’An I de la République en 1793.
Partout en France les gens sont en colère. Nous les chômeurs qui souvent sommes regardés comme des coupables, devons prendre conscience que nous sommes les victimes d’un système qui ne répond plus au respect de nos droits. Le droit à un travail pour chaque Français ou Française est inscrit dans la constitution. C’est à nous de le faire respecter en nous mobilisant !

Rejoignez-nous et tous dans la rue le 4 avril.

Un véritable cercle vicieux s’est mis en place : le rapport de forces ainsi instauré permet au patronat de ne pas augmenter les salaires, de capter l’essentiel des gains de productivité créés chaque année. La stagnation des salaires et des minima sociaux pèsent sur la consommation et donc sur la croissance et en fin de compte, sur le chômage. Et le chômage, à son tour, permet l’accentuation de la précarité, de la peur pour l’emploi et diminue les capacités de riposte du salariat. C’est l’existence du chômage de masse qui, en définitive, a permis aussi bien la stagnation du pouvoir d’achat que la multiplication des statuts précaires, la mise à sac des services publics, les attaques contre les retraites, l’assurance maladie ou le droit du travail.

NOUS REFUSONS CET ETAT DE FAIT !

Rejoignez-nous et venez manifester le 4 avril, grande manifestation à 10h30 place de la République à Limoges.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr