Quel avenir ?
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > Toujours plus gourmand (...)
APEIS
Toujours plus gourmand toujours plus avide toujours plus dégueulasse !
29 avril 2007

E.C.C.E, une des dernières entreprise de textile du Nord dans le Pas de Calais, pas loin de Valenciennes, licencie 147 salarié-e-s dont pas mal au SMIC malgré des dizaines d’années d’ancienneté !

E.C.C.E fabrique des costumes de luxe pour Armani, Kenzo ou encore Givenchy, vous ne le savez pas mais ces costumes sont vendus de 1000 à 1500 euros, vous aurez remarqué que je n’ai pas dit valent, car le prix de revient dans ce nord, déjà bien sinistré est de 110 euros.

C’est encore trop, alors ils délocalisent en Pologne où le costume leur reviendra à 32 euros.

Peut-être êtes vous naïfs et vous croyez donc que le prix de vente des costumes va baisser, et bien non, ce qui va diminuer c’est la part du travail, donc les salaires et ce qui va augmenter comme dans le principe des vases communicants ce sont les profits.

Moi j’en connais pas des mecs qui mettent des Armani ou des Kenzo et ça ne me manque pas, il faut leur faire savoir que l’étiquette à plus de 1000 euros fait d’eux des pigeons, alors que dans le même temps il reste des tailleurs qui tirent le diable par la queue pour survivre et qui pour moins cher pourraient leur faire un costume sur mesure et d’une toute autre qualité.

J’trouve que c’est terriblement édifiant sur l’état de cette société, ou tout est permis à certains, même le pire et rien à d’autres même le droit de vivre dignement.

Les décideurs ce sont les actionnaires de LVMH et leur grand patron Bernard Arnault.

LVMH qui a réalisé en 2006 près de 2 milliards d’euros de bénéfices nets, en augmentation de 30 % par rapport à 2005 et Bernard Arnault qui à lui perçu plus de 4 millions d’euros de salaires pour cette même année 2006.

Ceux là même qui ne parlent que de liberté, surtout quand il s’agit d’entreprendre, qui méprisent les salarié-e-s qui produisent leur indécente richesse, qui combattent les cotisations sociales en les nommant charges et en les payant rarement, qui pleurent sur les impôts mais qui n’hésitent pas à broyer des femmes et des hommes, à piétiner leurs vies.

Et il ne faudrait rien réguler, tout laisser faire, ne pas intervenir ?
De quoi dégueuler, vraiment !

Philippe Villechalane

Villejuif le 29 avril 2007


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr