Assez de mépris
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > Sarkozy affiche la couleur
APEIS
Sarkozy affiche la couleur !
9 mai 2007

Nicolas Sarkozy vient de clarifier la situation politique, il a envoyé un message clair à ses amis naturels grands patrons, actionnaires et millionnaires en leur signifiant qu’il est bel et bien des leurs.

L’autre message indirect, s’adresse aux salariés, le candidat qui en avait plein la bouche des travailleurs, de leurs difficultés, qui multipliait les visites dans les entreprises et les usines pendant la campagne, il signifie je vous ai bien eu, nous ne sommes pas du même camp.

« Travailler plus pour gagner plus » est le slogan principal du candidat Sarkozy, ses trois jours de repos, certes bien mérité après la campagne électorale ont coûté au bas mot 200.000 euros, ça en fait des heures supplémentaires.

Pour que vous ayez un ordre d’idée de ce que représente l’égalité pour Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa cela fait environ 17 années de salaires pour un smicard et 36 années de revenus pour un R’miste.

Nous allons collectivement et individuellement payer cher, très cher même cette victoire de Nicolas Sarkozy, dès qu’il sera bien reposé il va s’attaquer au code du travail, au service minimum, aux droits des salariés et des chômeurs.

Il va exiger des R’mistes et des chômeurs qu’ils travaillent pour mériter leur misère, les salariés vont gagner une centaine d’euros en plus chaque mois en travaillant une bonne quinzaine d’heures en plus.

Son grand ami Johnny Halliday se dit prêt à revenir en France, ce sera aussi le cas pour d’autres millionnaires et milliardaires, il va baisser les cotisations sociales patronales, il faudra bien que quelqu’un paie, ce sera les salariés et les plus pauvres, voilà la mise en œuvre de la politique de Nicolas Sarkozy.

Il convient de ne pas laisser faire dés maintenant, il faut résister, se battre, dénoncer, expliquer, prouver, démontrer que Sarkozy est dangereux pour l’ensemble de la société et particulièrement pour les plus faibles, les plus fragiles et les plus pauvres.

Il a raison sur un point ; c’est qu’il n’y a pas de fatalité, soyons nombreux à y croire afin de lui envoyer les messages de notre volonté et de notre détermination.

Philippe Villechalane
Porte parole de l’APEIS

Villejuif le 09 mai 2007


Vers le haut de la page

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr