Quel avenir ?
Recherche
Accueil > APEIS > Tracts > Retrait du CPE. A bas la (...)
APEIS
Retrait du CPE. A bas la précarité !
24 mars 2006

Le Contrat Première Embauche CPE comme le contrat nouvelle embauche CNE ont les mêmes caractéristiques : une période d’essai de deux ans pendant laquelle le patron peut vous virer sans indemnité, sans motif. Avec sous tendue la carotte d’un éventuel CDI au bout des deux ans.

Ce contrat est mauvais pour tout le monde : lycéens, étudiants, salariés, chômeurs parce- que, à force de « c’est mieux que rien » et de « moindre mal » les femmes travaillent la nuit, les enfants sont remis au boulot à partir de 14 ans. Beaucoup de salariés travaillent le dimanche, des dizaines de milliers de sans domicile fixe travaillent ; les chômeurs sont convoqués, radiés, stigmatisés. Certains préconisent le croisement des fichiers encore et encore pour toujours plus contrôler les pauvres.

Comme le dit Parisot, la patronne du Medef : « la vie est précaire, l’amour est précaire pourquoi pas le travail ? ». Ce n’est pas un hasard qu’elle dise cela. Les entreprises du CAC 40 ont vu leur profit exploser, les stocks options et les salaires des patrons s’envolent et l’immense majorité des travailleurs perçoit le Smic. Pour qu’il y ait une minorité de plus en plus riche, il faut une majorité de pauvres voire très pauvres.
Un député disait, il y a quelques semaines, à l’Assemblée Nationale que le gouvernement rajoutait une page au Code pénal à chaque fois qu’il en arrachait une du Code du travail.

Ce gouvernement a une logique de casse de toute la protection sociale : la Sécurité sociale, l’assurance chômage, le droit du travail, les retraites. Plus de flexibilité pour plus d’emplois ?
Est –ce que l’on peut croire cela ? Depuis 25 ans, il y a plus de flexibilité des contrats : TUC, CES, SIVP, CIVIS, l’intérim et il y a toujours un chômage massif des jeunes, des plus de 50 ans, des femmes et des immigrés. Ce que veut ce gouvernement aux ordres du Medef, c’est plus de précarité pour des salaires encore plus bas, des salariés taillables et corvéables à merci.

C’est maintenant qu’il faut participer aux manifestations tous ensemble : lycéens, étudiants salariés, chômeurs, retraités car après il sera trop tard. Villepin doit retirer son contrat immédiatement sans conditions mais également le CNE. Si il veut parler avec des chômeurs, nous voulons bien le rencontrer pour exiger que toutes les formes de chômage soient indemnisées et de manière décente. L’avenir doit passer par la sécurité dans le travail, la formation mais aussi le logement...Il n’y a pas de raison de vivre moins bien que nos aînés avec une épée de Damoclès au -dessus de la tête.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr