Avec l’Apeis, plus jamais seul !
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > Piquer dans la poche des (...)
APEIS
Piquer dans la poche des plus pauvres pour faire des cadeaux aux plus riches.
septembre 2003

Au moment ou 856.700 chômeurs vont être éjectés du système d’indemnisation et que 150.000 chômeurs vont être basculés de l’ASS vers le RMI, le conseil des ministres adopte le budget 2004.


Les choix éclaircissent s’il était besoin les orientations du gouvernement Raffarin / Seillière : Baisse pour le travail et la solidarité de 0, 7 %, dont une diminution de 11, 5 % pour l’aide au public prioritaire et de 1, 1% pour la formation professionnelle, baisse également pour le transport et le logement.

Augmentation pour l’intérieur, la justice et la défense, baisse de l’impôt sur la fortune et baisse de 50 % sur les donations.

Comme les droits et les conditions de vie de millions d’entre nous se réduisent comme une peau de chagrin, des moyens considérables sont mis au service de l’encadrement et de la répression de la pauvreté qu’ils organisent.

On voit bien que comme dans des vases communicants, on prend aux plus pauvres pour donner aux plus riches, cadeaux aux grandes fortunes et aux patrons sont les deux mamelles du budget 2004.

Plus de huit millions de femmes et d’hommes qui survivent sous le seuil de pauvreté, des centaines de milliers de personnes sans domicile fixe et de mal logés, des millions de chômeurs et de travailleurs précaires et Raffarin, Sarkozy et Fillon font des choix qui vont encore et toujours aggraver les difficultés de celles et ceux qui sont plongés en permanence dans l’angoisse et l’urgence.

Les chômeurs et précaires de l’APEIS en colère appellent à la lutte tous ceux qui n’acceptent pas qu’un million de chômeurs soient sacrifiés sur l’autel du profit et organisent un rassemblement le mardi 30 septembre à 13 H 30 devant les ASSEDIC de Choisy le Roi (94), à Rouget de Lisle.

Ils seront également le mercredi 8 octobre prochain à 14 H, devant le siège du MEDEF, 55, rue des Bosquets dans le 7éme arrondissement, métro école militaire.

Chacune et chacun est concerné, les laisser faire sur le chômage, c’est permettre toutes les attaques contre l’ensemble des protections sociales.

Vitry Sur Seine le 26 septembre 2003


Vers le haut de la page

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr