Quel avenir ?
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > Pauvre Thierry F. !
APEIS
Pauvre Thierry F. !
10 octobre 2006

Il est dernièrement paru un livre qui s’intitule « moi Thierry F chômeur professionnel ».


Il y explique que cela fait 22 ans qu’il est indemnisé comme chômeur, qu’il s’est acheté une Alfa Roméo et qu’il est propriétaire de son appartement, qu’il joue au tennis, qu’il a une super vie sociale avec tous pleins de gentils amis, qu’il est bien nourri, bien soigné, bien équipé et aussi n’oublions pas qu’il met un peu d’argent de côté chaque mois.

Il détaille son budget pour expliquer qu’en faisant attention il est très possible de vivre et plutôt bien (voir ci-dessus) avec 430 euros par mois.

Fi des parents qui n’en peuvent plus de tout refuser aux enfants, de ne jamais avoir un moment à soi sans faire attention, des fins de mois qui commencent le 10 ou le 15 de chaque mois, à la survie permanente, aux angoisses du lendemain et parfois du tout à l’heure.

Plus question d’aborder le quotidien qui fait péter les plombs, qui fait exploser l’amour et les familles, plus rien à faire de la honte, de la peur et de l’impuissance qui t’enfonce chaque jour un peu plus la tête dans les épaules grâce à ce pauvre Thierry F.

Ma première impression, la toute première a été que ce livre n’a pas été écrit par lui, ce pauvre Thierry F, ou alors qu’il n’était pas chômeur, et pourquoi pas que c’était un livre de commande, ou encore s’il était réellement chômeur que quelqu’un de mal intentionné le manipulait.

Bref la prose de ce livre témoignage se voulant même « coup de poing » est d’une tristesse terrible, la morale retrouvée, grâce à l’acceptation de sa propre pauvreté, qu’il semble vouloir défendre est affligeante, puis est-ce le hasard, le mercredi 4 octobre le soir même de sa sortie France 2 en parlait au journal télévisé.

Le lendemain matin, encore sûrement l’effet du pur hasard le Parisien titrait en une sur les fraudes à la sécurité sociale et cela ne va pas aller en s’améliorant dans les mois et années à venir, vous connaissez peut-être le proverbe : « Quand on veut tuer son chien on l’accuse d’avoir la rage ».

Et bien les chômeurs, précaires, salariés et autres pauvres sont un peu leurs chiens, pour casser toute forme de protection sociale et faire ainsi encore baisser le prix du travail, tout est bon.

Vous avez peut-être remarqué que l’Etat réclamait à l’UNEDIC la modique somme de 600 millions d’euros, parce que à force de nous contrôler, de nous radier les comptes de l’UNEDIC sont positifs pour l’année 2006, comment pourrait-il en être autrement quand de moins en moins de chômeurs sont de moins en moins indemnisés ?

Afin de répondre à ce pauvre Thierry F. au MEDEF, à l’UNEDIC et à tous ceux qui nous rêvent soumis, nous vous invitons à participer à la manifestation qui aura lieu le samedi 2 décembre prochain contre le chômage et la précarité.

Villejuif le 10 octobre 2006.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr