Avec l’Apeis, plus jamais seul !
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > Pas la crise pour tout le (...)
APEIS
Pas la crise pour tout le monde.
23 septembre 2009

Bien évidemment les grands patrons continuent de faire des profits pharaoniques, les traders se partagent des millions d’euros, comme si la « crise » n’était pas passée par là, mais ils ne sont pas les seuls concernés.
Ainsi selon le Bild Zeitung, journal allemand, le Président de la République Nicolas Sarkozy à un train de vie plus que royal, disons pour le moins impérial.
Notre Président dispose de 8 avions, 61 voitures de fonction et de 1000 employés.
Dans les 300 m2 de son appartement de fonction, les fleurs doivent être fraîches en permanence : Coût 280 000 euros par an.
Dépenses annuelles pour les boissons : 1 million d’euros
Sur les 1000 employés, 44 chauffeurs et 87 cuisiniers.
Les cuisiniers chefs peuvent se servir librement dans les caves à vin de l’Elysée, le repas du midi leur est servi par des laquais.
Le Président et son épouse peuvent commander de la nourriture et des boissons 24 H sur 24. La cuisine est en service en permanence.
Rien dans la presse française, étonnant ou scandaleux ?
Dans le même temps les licenciements ne décélèrent pas, le nombre de chômeurs a explosé de plusieurs centaines de milliers supplémentaires.
Les difficultés pour boucler les fins de mois sont de plus en plus présentes et massives, la consommation des ménages à reculé de 1, 2 % en juillet et de 1 % en août, le SMIC qui était le salaire minimum est en passe de devenir la référence, tant les CDD et autres temps partiels sont nombreux.
Les salariés se suicident par dizaines, peut-être par centaines parce que les conditions de travail se dégradent et que la pression est de plus en plus forte, dans le seul objectif de renforcer les profits, sous chantage de délocalisation et de licenciements.
Alors il est où le candidat qui disait aimer le peuple, qui la larme à l’œil voulait redonner
des droits, de l’égalité, de l’espoir et de la dignité aux salariés ?


Il est où le Président qui déclarait que pour gagner plus il fallait travailler plus ?
Il est ou le défenseur des couches populaires qui trémolos dans la voix disait qu’il allait remettre de la justice sociale dans la machine ?
Et il est où le chef de l’Etat qui allait résoudre les questions de sécurité ?
Décidemment l’exemple ne vient que rarement d’en haut et les communicants ne sont pas des politiques au sens ou il faudrait l’entendre, loin s’en faut.
Pas de valeur, pas de solidarité, même pas de morale ! Pfftt

Villejuif le 23 septembre 2009.

Philippe Villechalane

Porte parole de l’Apeis.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr