Assez de mépris
Recherche
Accueil > Tribune Libre > PETITION : L’ASSEDIC DOIT (...)
Tribune Libre
PETITION : L’ASSEDIC DOIT INDEMNISER LES SAISONNIERS EN 2008

400 000 saisonniers du tourisme et plus d’un million dans l’agriculture, employés contraints de travailler sur une période donnée et définie par des besoins extérieurs déterminés.
Dans la majorité des cas, c’est le chômage dans nos régions ou notre pays d’origine qui nous contraint d’accepter des emplois saisonniers de cinq, six ou huit mois. Nous ne sommes pas ou ne sommes plus étudiants, mais des salariés précaires en CDD saisonnier, considéré par les pouvoirs publics et certains partenaires sociaux comme des sous-CDD. Nous ne l’avons pas choisi.


Il est donc anormal que nos Assedic soient réduites au bout de trois années de 50% par rapport aux autres « privés d’emploi » et qu’en 2008 elles nous soient supprimées au bout de trois contrats de 6 mois, alors que nous continuerons à cotiser.

La France est le premier pays touristique qui a reçu cette année 78 millions de visiteurs grâce à notre travail qui génère 140 milliards d’euros. Nous sommes pourtant les derniers à bénéficier de cette valeur ajoutée. Nous voudrions bien travailler plus, et surtout bénéficier des richesses considérables que nous produisons.
Nous sommes vraiment les intermittents type du travail et du salaire.
Nous sommes mobiles, flexibles, adaptables à toutes les modifications d’équipes de cadres, de sites, pourtant nous sommes professionnels dans nos métiers. Après chaque contrat, c’est le parcours du combattant pour obtenir nos droits. Nous ne pouvons pas faire d’emprunts, d’achats à crédit. Et au terme de notre contrat, nous sommes jetés à la rue sans Assedic, avec l’espoir d’une réembauche éphémère non garantie. Les règles de l’Unedic poussent certains d’entre nous à survivre sans hébergement décent. Ces nouvelles règles vont aussi à l’encontre de la volonté de certains employeurs qui veulent fidéliser les saisonniers qu’ils ont formés dans leurs établissements.
Notre pays doit progresser en terme de droit du travail particulièrement pour les salariés précaires.

Nous ne choisissons pas d’être quatre ou cinq mois dans l’année sans travail ni ressource. Qui est responsable de l’emploi en France ? L’Etat ne peut pas se comporter avec les saisonniers comme certains patrons indélicats qui nous emploient au noir sans se soucier de notre protection sociale.
C’est l’ensemble de la société qui bénéficie des richesses créées par les saisonniers, c’est donc à la société toute entière d’assurer la protection sociale des saisonniers.
Avec la renégociation de la convention de l’assurance chômage de 2008, nous demandons que les règles d’ouverture des droits correspondent à la réalité de nos contrats.
• L’instauration d’une indemnité minimum journalière de 30 € durant les périodes non travaillées.
• L’ouverture des droits à l’indemnisation après 3 mois de travail effectué par période de 12 mois.

Pétition lancé par les 100 saisonniers réunis à st Denis les 5 et 6 décembre 2007.Cette pétition sera remise aux partenaires sociaux qui gèrent l’UNEDIC.

Pour signer : http://www.petitionsaisonniers.org


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr