Avec l’Apeis, plus jamais seul !
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > NON A LA FRAUDE A L’UNEDIC (...)
APEIS
NON A LA FRAUDE A L’UNEDIC ET AILLEURS !
28 septembre 2007

La situation des chômeurs est terrible, beaucoup trop peu sont indemnisés par les Assedic, alors même qu’ils ont cotisé et le montant de leurs allocations est bien trop souvent insuffisant, voire ridicule pour faire face au quotidien.

Pourtant il y a peu Nicolas Sarkozy annonçait une grande campagne contre les fraudeurs, meilleur moyen de culpabiliser les victimes afin de les contraindre avec l’appui de l’opinion publique à accepter n’importe quel emploi à n’importe quel prix.

Et badaboum, la nouvelle tombe, la fraude existe bien, organisée de main de maître, d’une ampleur insoupçonnée, mais là où le bât blesse les soi disants monsieur propres de la morale libérale et leur chevalier blanc, c’est que la triche, le vol, la fraude, vient de leur camp. Et pas de n ‘importe qui, de Denis Gautier Sauvagnac, vice Président du Medef et de l’Unedic, Président de l ’ UIMM, la puissante union patronale de la metallurgie et il n’aurait pas piqué des cacahouètes le camarade Denis, au moins 5, 6 millions d’euros. Ce qui fait, je n’y résiste pas ; une année d’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS) pour près de onze cent chômeurs et une année de SMIC pour environ 500 salariés.

Nous ne savons pas ce qu’est devenu cette somme, comment, où et pourquoi elle à été dépensée, certainement pas dans des produits de première nécessité qui ne cessent d’augmenter, pour atteindre des prix astronomiques auxquels il est de plus en plus difficile de faire face pour tenter de tenir un mois entier.

Plutôt que de toujours s’attaquer aux petits, aux plus faibles et aux plus précaires, le Président de la République serait bien inspiré de vérifier les comptes et les poches de ses amis grands patrons et grands dirigeants, c’est là, bien au fonds qu’il trouvera à n’en pas douter les malversations les plus importantes et les plus scandaleuses, par chez les chômeurs, les r’mistes et les smicards. Ils ne manquent pas d’air nos dirigeants et nos possédants !

Le même Sauvagnac qui lève les bras au ciel, qui pleure, geint sur les comptes de l’Unedic et son fameux déficit, au moment des négociations sociales, qui voudrait bien mais qui peut point ne doit pas connaître très bien les difficultés du quotidien.

Cette terrible affaire, si elle se confirmait, est une preuve supplémentaire qu’il faut plus de protection sociale et aussi plus de contrôle de la part des intéressés eux mêmes, plus de démocratie sociale, que les usagers et les salariés soient consultés.

Nous réclamons l’indemnisation décente de toutes les formes de chômage, et réitérons notre appel à manifester à Paris le samedi 8 décembre contre le chômage et la précarité, pour plus de justice sociale.

Villejuif le 27 septembre 2007
Philippe Villechalane

Porte parole de l’APEIS


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr