Je lutte contre la misère
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > Le RSA : va affaiblir (...)
APEIS
Le RSA : va affaiblir les patrons ?
5 septembre 2008

Nous avons été abreuvés ces derniers jours par le financement du RSA : 1% pris sur le capital, ce que la gauche n’a jamais fait…Sauf qu’à y regarder de près, 1) les entreprises ne paient pas. Il est donc très étonnant d’entendre Laurence Parisot dénoncer une nouvelle taxe à moins que ce ne soit pour obtenir encore de nouvelles exonérations de charges.
2) cela concerne les particuliers qui épargnent (sauf le livret A), donc les classes moyennes qui ont acheté un appartement ou un terrain. Ce sont donc elles qui vont trinquer car les personnes les plus riches seront épargnées grâce au fameux bouclier fiscal de 50 %.

C’est encore une vraie manipulation médiatique. Les infos, c’est télé Elysées.
Et Martin Hirsh d’ajouter : 100 000 chômeurs en mois grâce à son dispositif. Avec une croissance d’à peine 1 % même s’il y a beaucoup d’argent public pour le financer, cela ne suffira pas, ce n’est pas la première fois qu’on nous annonce des diminutions du nombre de chômeurs que l’on ne voit jamais… Sauf à faire exploser les radiations, ce qui se produit depuis des mois.
A entendre Martin Hirsh on a l’impression que les allocataires du RMI vont gagner des mille et des cents.

Absolument pas, les chiffres le prouvent : le RMI 448 euros plus un travail à temps plein, cela revient à 1092 euros dont 54 euros de RSA. 54 euros, c’est la fortune, c’est bien connu.
Au regard de l’inflation, du prix des loyers, de l’essence… C’est indécent de parler d’amélioration des conditions de vie des allocataires. De plus, il ne faut pas oublier que c’est encore une entorse au contrat de travail de type CDI, c’est du bidouillage pour faire croire à une révolution alors qu’encore une fois les partons n’ont pas à payer ; pour le coup il n’y a pas de charges, ce sont des emplois sous perfusion de l’argent public ; en effet, c’est le RMI, versé par les départements (l’Etat leur doit 2 milliards d’euros), plus l’argent consacré à l’allocation parent isolé (Api) versé par la Caf et un travail à tiers temps, mi-temps ou plein temps. Cela revient aussi à casser le travail à temps plein pour du temps partiel.

Il est déjà difficile pour des millions de salariés payé au Smic de survivre alors que dire des privés d’emploi qui ont eu un contrat à temps partiel, leur allocation chômage, c’est la moitié de pas grand -chose.
Christiane Grave


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr