Avec l’Apeis, plus jamais seul !
Recherche
Accueil > APEIS > Tracts > La chasse aux chômeurs est (...)
APEIS
La chasse aux chômeurs est ouverte !
10 décembre 2005

Tout est mis en œuvre pour culpabiliser les victimes des choix des grands patrons et de leurs actionnaires. Leurs objectifs est clair, faire baisser le prix du travail, précariser l’ensemble de la société et pour y parvenir casser le code du travail, le SMIC et les droits des salariés.

Quand Dominique de Villepin est devenu premier ministre il s’est donné 100 jours pour réduire le chômage et à grands coups de déclarations a annoncé que c’était LA priorité nationale de tout le gouvernement.

Le résultat c’est plus de précaires et de précarité de l’emploi ( contrat vieux, nouvelles embauches..) c’est toujours plus de chômeurs mais moins de droits.
La baisse du chômage résulte de la hausse accélérée des radiations quand on nous annonce une baisse de 60 000 chômeurs il y a en réalité 78 000 radiations.

Des dizaines de milliers de femmes et d’hommes licenciés ces derniers mois, des plans dits sociaux vont plonger des dizaines de milliers de salariés dans l’angoisse du chômage. En revanche les entreprises qui composent le CAC 40 ont globalement augmenté pour le semestre 2005 leurs profits de 32,7 %, soit au total 41 milliards 509 millions d’euros.

La première de nos revendications, à défaut d’avoir un emploi stable, correctement rémunéré, c’est l’indemnisation de toutes les formes de chômage. On ne peut pas vivre avec 420 euros !

Il faut changer l’assiette des cotisations en incluant à la masse salariale, les bénéfices et les produits financiers des entreprises. Le système actuel favorise les patrons qui licencient.

Ne pas se battre contre le chômage c’est permettre toutes les attaques contres les retraites, la sécurité sociale, les salaires, les conditions de travail.
Personne n’est durablement protégé et à lo bri

les retraites, la sécurité sociale, les salaires, les conditions de travail.

Personne n’est durablement protégé et à l’abri, sauf ceux qui profitent scandaleusement de cette politique de casse et de profits

Chômeurs, précaires, intérimaires, jeunes temps partiels contraint, intermittent, salariés étudiants, ont intérêt à se battre ensemble. Les chômeurs victimes des choix des grands patrons ne sont pas les coupables de cette situation.

L’ANPE organise le tri des chômeurs

Un document de l’ANPE montre que les chômeurs vont être classés en 4 parcours selon leurs profil mais aussi selon leurs nationalité !

1er parcours : ceux qui sont nouvellement au chômage et qui travaillent dans des secteurs où il y a des offres (15 à 20%). D’où des économies pour l’Assedic.

2éme Parcours : ceux qui ont échoué au 1er
parcours. L’ANPE leur propose des contrats aidés, des formations de moins de 300 h .(50% des effectifs)

3éme parcours : les chômeurs qui ont un projet professionnel et sont « sous-traités » au profit d’autres organisme que l’ANPE.

4éme parcours : ceux là doivent « renouer avec une activité ».

Là encore il y aura externalisation de cette activité.
Le but : travailler le plus rapidement possible avec un salaire bien plus faible qu’auparavant et dans des conditions moins bonnes : tout bénéfice pour les patrons.
Avec les radiations et les reprises massives à n’importe quelles conditions moins de déficit.

Avec ce document il apparaît clairement que chaque conseiller de l’ANPE va devoir faire du résultat. Il aura un portefeuille de « demandeurs d’emploi » ce qui permettra « un suivi des contributions individuelles ».

La carotte : la prime, le bâton : la menace d’insuffisance professionnelle qui pourra conduire au licenciement


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr