Avec l’Apeis, plus jamais seul !
Recherche
Accueil > APEIS > L’APEIS dans les médias. > L’Humanité - Les associations
APEIS
L’Humanité - Les associations de chômeurs consultent les syndicats

Assurance-chômage . À l’occasion des prochaines discussions sur l’UNEDIC, les organisations veulent défendre une plateforme commune élaborée avec des syndicats.


« Puisque le gouvernement parle sans arrêt de dialogue social, pourquoi en sommes-nous exclus ? » demande Evelyne Perrin, qui présentait hier à la presse la plate-forme revendicative des associations de chômeurs et de précaires. Les associations signataires (1) entendent ne pas être les laissées-pour-compte des prochaines discussions sur la refonte de - l’assurance-chômage. La dernière convention UNEDIC, signée au premier trimestre 2005, devrait être bientôt remise sur l’établi.

le retour du contrat unique ?

« Alors que nous sommes les principaux intéressés, nous ne sommes même pas représentés à l’UNEDIC », s’indigne Évelyne Perrin. « Nous avions déjà élaboré une plate-forme commune qui a donné lieu à une proposition de loi soutenue par plus de 470 parlementaires. Elle n’a même pas été examinée par le gouvernement et les signataires des accords UNEDIC, alors qu’elle est réputée plus adaptée et plus vertueuse », dénonce la coordination. Les associations de chômeurs et de précaires craignent que le MEDEF ne tente de réintroduire, dans les prochaines négociations « son idée de contrat unique. Ils cherchent en réalité à élargir le CNE », commente Évelyne Perrin.

Dans un tel contexte, « pour la première fois, les associations de chômeurs adoptent une position commune et prennent en compte ce que disent les syndicats », insiste-t-elle. « Si la CFDT continue à nous ignorer, la CFTC et la CGC, qui ont pourtant signé les accords de l’année dernière, ont beaucoup évolué et nous écoutent », souligne un représentant de la coordination des chômeurs. « Nous avons auditionné la CFTC qui parle d’un statut du travailleur qui allierait des droits et des devoirs.

Ce syndicat évoque la responsabilité sociale des entreprises en critiquant celles qui précarisent », indique Évelyne Perrin. Quant à la CGT et Solidaires, « que nous avons auditionnées, toutes deux parlent d’une continuité de droits et de revenus pour tous les salariés potentiels afin de ne laisser personne de côté, pour éviter aux personnes de redémarrer de zéro quand elles perdent ou changent de boulot ».

deux propositions sortent du lot

Les signataires de la plate-forme se disent très intéressées par la « sécurité sociale professionnelle » de la CGT et le « nouveau statut du salarié » mis en avant par Solidaires. Évelyne Perrin explique que « les deux organisations parlent de la nécessité d’un fonds mutualisé, comme la CFTC d’ailleurs. La nécessité d’un fonds national interprofessionnel mutualisé est évoquée. Il verserait des indemnités au moins équivalentes au SMIC. Ce fonds serait alimenté par les cotisations sociales sur une part élargie de la valeur ajoutée, par un redéploiement des minima sociaux et des aides publiques aux entreprises ». Alors que les pourparlers sur la remise à plat de l’assurance-chômage n’ont pas commencé, les associations de chômeurs et de précaires manifestent aujourd’hui à 14 heures devant le siège du MEDEF et une grande manifestation des chômeurs est prévue le 3 décembre.

(1) AC !, Act-up, APEIS, Collectif national pour les droits des femmes, Coordination des intermittents et précaires, Génération précaire, MNCP, Stop précarité, Union syndicale solidaires.

Sébastien Ganet


Le Web de l’Humanité : Les associations de chômeurs consultent les syndicats - Article paru le 26 septembre 2006

Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr