Quel avenir ?
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > Justice pour Kadidja
APEIS
Justice pour Kadidja
13 février 2008

Kadidja, militante de l’APEIS de Saint Denis est accusée d’entrave à la circulation d’un aéronef, en réalité elle est intervenue dans un vol Paris Bamako, après avoir été avertie par des militants de Sud éducation, contre l’expulsion d’un jeune homme, Issa, sans papiers.

Elle comparaîtras au tribunal de Bobigny (93) le vendredi 15 février à partir de 13 H.

Elle risque 5 ans de prison et 18 000 euros d’amendes, rien que cela, pour avoir fait valoir son droit à l’indignation et à la justice, pour avoir exercer sa liberté d’opinion et son droit d’expression.

Ce jugement intervient au moment où les attaques contre les sans papiers s’intensifient, ainsi rue de la terre aux curés dans le 13 e arrondissement de Paris plus 400 policiers ont investis un foyer de migrants, violemment comme il se doit et 107 personnes ont été embarquées.

Ils font tout pour atteindre leurs objectifs, les Sarkozy, Fillon et Hortefeux, renforcés par le silence, sur cette question ils veulent tenir leurs prévisions, pas comme pour ce qui est du pouvoir d’achat.

Ils veulent expulser à tour de bras, ils traitent des hommes et des femmes comme s’ils étaient en plus, sans place, sans rôle, sans réelle existence, comme s’ils étaient des sous citoyens, alors que chacun sait qu’il y a besoin de main d’œuvre.

Dans le même temps, et ne croyez surtout pas qu’il n’y a pas de lien, les entreprises du CAC 40 font des dizaines de milliards d’euros de bénéfices et les grands patrons viennent de s’octroyer une augmentation de 40 %.

A la veille de ce procès, plus de 10.000 femmes et hommes ont signés la pétition, des centaines d’entre eux ont laissée un petit message d’encouragement et de soutien à Kadidja, des associations, des élus sont régulièrement sur ce terrain de la solidarité et de la justice.

La légitimité doit l’emporter sur une mauvaise et injuste légalité. Quand la loi est mauvaise, il convient de tout faire pour la changer.

Il n’y à pas de fatalité, il faut juste refuser d’accepter l’inacceptable.

Nous exigeons la relaxe de Kadidja, l’abrogation des dispositifs répressifs à l’encontre des défenseurs des droits de l’homme et bien évidemment la régularisation de tous les sans papiers.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr