Assez de mépris
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > Jean Sarkozy est bien le (...)
APEIS
Jean Sarkozy est bien le fils de Nicolas Sarkozy.
14 octobre 2009

Jean Sarkozy, le fils de, 23 ans, deux semestres de droit selon Libération, Président de l’EPAD (Etablissement Public d’Aménagement de la Défense), deviendrait un poids lourd de la politique et de la finance.
Pas de concours, pas de capacité particulière, pas de recherche fiévreuse, pas de lettre de motivation, non simplement il est le fils de son père qui (re) commande.
Comme tous les enfants me direz vous sauf que…
Des parents se saignent pour que leurs enfants fassent des études, quand ils peuvent, des étudiants surexploités dans des petits boulots quand ils trouvent.
Puis, qui diplômés après des efforts parfois considérables, galèrent de CDD en temps partiel, de missions d’intérim en missions de projets et autres débilités visant à faire baisser le prix du travail.
Que dire aux salariés qui surexploités, pressés, compressés, délocalisés, restructurés, et finalement jetés en proies au RSA ? Et aux cadres trompés, harcelés, floués, qui travaillent jusqu’à l’épuisement ? Où encore aux familles de ces salariés qui se suicident par dizaines tant les conditions de travail se sont dégradées et se retrouvent face à des objectifs inatteignables ?

Aux chômeurs, contrôlés, convoqués, radiés, infantilisés, obligés et trop souvent désespérés ?
« Ce qui compte en France pour réussir, ce n’est plus d’être bien né » comme le proclame notre souverain, pardon notre Président de la République ? Alors que Jean Sarkozy soit ambitieux, qu’il ait le sens de la rhétorique, qu’il soit habile et / ou manipulateur, d’accord mais cela ne devrait pas tout permettre, et bien chez nous, dans notre beau pays du droit de l’Homme et des citoyens, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, si, tout est possible, même le pire.
Vous vous rappelez du « travailler plus pour gagner plus », qu’en reste-il deux ans plus tard mise à part le million de chômeurs supplémentaires, la précarité galopante et la pauvreté qui ne cesse de gagner du terrain ?
Il y a loin de la coupe aux lèvres, autant qu’entre les déclarations du Président et ses actes, qu’entre ses promesses et ses pratiques.

L’Apeis

Villejuif le 14 octobre 2009.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr