Quel avenir ?
Recherche
Accueil > APEIS > Tracts > Halte à la barbarie !
APEIS
Halte à la barbarie !
mars 2004

Ca y est, on est le 15 mars, c’est la fin de la trêve hivernale, les expulsions vont reprendre et vont semer leur lot naturel de désespoir et d’angoisse.

Personne ne devrait être à la rue, sans un chez soi, personne ne devrait s’habituer à voir des hommes, des femmes, des enfants sans un toit au dessus de la tête, sans un endroit où on est protégé du froid, de la honte, de la peur et aussi du regard des autres.

Ces regards qui font violence à son égalité, à sa dignité, ces regards qui ne disent pas l’individualisme que représente le fait d’accepter cette misère pour les autres, son impuissance ou pire son indifférence.

Chaque année des dizaines de milliers de familles sont expulsées, violemment, de leur logement, souvent à cause de factures en retard, ces factures qui s’accumulent parce que le chômage ou la précarité ne permettent pas de payer un loyer.

Il y a déjà dans notre pays des dizaines, des centaines de milliers de personnes sans domicile fixe, dont des milliers d’enfants, 550.000 femmes et hommes, dont 50.000 enfants vivent dans des hôtels et des meublés, 150.000 vivent dans des caravanes et 1, 6 millions sont dans des logements sans douche et sans toilettes.
Assez d’hypocrisie !

Il faut tout faire pour que les familles, les hommes, les femmes puissent rester dans leur logement, car la réparation de la violence sociale coûte plus cher que la prévention de la pauvreté.

Il faut continuer le versement de l’APL, afin que la dette ne devienne pas très vite gigantesque et insurmontable, il faut aller vers une aide réelle au maintien dans le logement plutôt que d’engraisser les marchands de sommeil, véritables sangsues qui profitent de la misère et du désespoir.

Combien d’entre nous ne peuvent prétendre à un logement social, tant les critères se sont durcis, au niveau du montant des revenus mais aussi de la forme du contrat de travail quand on a un emploi ?

Il faut un vaste programme de construction de logements sociaux, une vraie politique de réhabilitation et il faut prendre l’argent là où il se trouve : Sur les comptes des actionnaires et des patrons qui font autant de bénéfices qu’ils créent de pauvreté, d’autant et ce n’est pas rien, que cela pourrait créer des dizaines de milliers d’emplois.

Pas d’expulsions sans relogement !
Manifestation samedi 13 mars 2004
14 H République.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr