Assez de mépris
Recherche
Accueil > APEIS > Tracts > GRANDE MANIFESTATION-TINTAMARR
APEIS
GRANDE MANIFESTATION-TINTAMARRE CONTRE LES EXPULSIONS
1er mars 2005

DIMANCHE 13 MARS 2005
14H30 PLACE DE LA REPUBLIQUE - PARIS


Malgré les annonces de M. Borloo, les expulsions sans relogement se sont poursuivies massivement en 2004 et vont encore menacer des dizaines de milliers de familles après le 15 mars, à la fin de la trêve hivernale. Les Préfets ont permis en 2003 l’expulsion manu militari de 21 500 familles en France dont 14 800 en Ile de France. En 1992, ils avaient autorisé 12 160 expulsions en France et 6 905 en Ile de France.

Les expulsions ont doublé depuis 12 ans ! Les jugements d’expulsion, environ 100 000 par an, sont rendus à la chaîne par les Tribunaux sans aucune considération pour les familles en situation de grande précarité, sans même accorder les délais jusqu¹au relogement, mesure prévue par la loi.

Les foyers, et les hôtels sont pleins, les marchands de sommeil font fortune, et de plus en plus de personnes et de familles sont hébergées par leurs parents ou leurs amis. Les foyers de travailleurs migrants se dégradent dans l¹indifférence générale. Les travailleurs sociaux ne peuvent plus répondre aux urgences des familles et des personnes à la rue, tout comme les associations de lutte des mal-logés, de précaires, de locataires, humanitaires.

L¹expulsion frappe désormais à toutes les portes, congés spéculatifs et ventes à la découpe se multiplient dans les grandes villes, les loyers flambent

Les causes sont connues : politiques publiques favorisant la spéculation et la flambée immobilières, insuffisance de logements sociaux , élimination des locations privées bon marché (loi de 48, garnis, chambres de bonne ...), démolition de logements sociaux, déconventionement de milliers de logements HLM, fragilisation des statuts des locataires, et des profits de plus en plus élevés réalisés par les bailleurs privés.

Tandis que 2 millions de ménages sont demandeurs d’un logement social en France, dont 400 000 en Île de France, le gouvernement accélère les réformes libérales alimentant ainsi la crise du logement.

Il tente de tromper l¹opinion en annonçant un plan de 500 000 logement sociaux qui mélange vrais et faux logements sociaux, vrais et faux financements, le chiffre annoncé est farfelu.

En effet, la suppression du contingent Préfectoral et la déréglementation des loyers dans les HLM (loi de décentralisation), l’accélération des démolitions HLM ainsi que la privatisation des SA HLM (loi Borloo 2003), la réduction des allocations logement et des aides à la construction et à la réhabilitation de logements sociaux ( loi de finance 2003, 2004 et 2005) placent les locataires dans la précarité. Même dans les HLM, les locataires ne sont plus assurés de leur droit au maintien dans les lieux.

Le gouvernement accélère le rythme et prépare une nouvelle loi sur l’habitat dont l’objectif est entre autre de développer massivement les ventes des HLM, de liquider la loi de 1948, qui permet encore à 200 000 locataires modestes et souvent âgés de se loger dans les grandes villes, de mettre encore plus d¹arbitraire dans les attributions de HLM, de poursuivre la privatisation des HLM visant cette fois les Offices HLM. 

Il faut réagir ensemble, nombreux et solidaires face à cette offensive sans précédent contre les mal-logés, les sans-logis et les locataires de logements privés comme de logements sociaux !

Rendez-vous avec vos casseroles DIMANCHE 13 MARS pour exiger de M Chirac, M de Villepin et M Borloo :

• que cessent les expulsions : arrêt des expulsions sans relogement, interdiction des congés ventes, baisse des loyers et des charges dans le parc privé comme dans le parc public, éradication de la spéculation immobilière, revalorisation des allocations logement (AL, APL Š)

• la défense du logement social : abrogation de toutes les mesures de marchandisation et de privatisation du logement social, gel des démolitions massives de HLM, création d¹un service public du logement.

• le droit au logement pour tous : Réquisition des logements vides, Production massive de vrais logements sociaux, transparence et Justice dans les attributions de HLM, Droit au logement opposable .


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr