Avec l’Apeis, plus jamais seul !
Recherche
Accueil > APEIS > Tracts > Faites du travail !
APEIS
Faites du travail !
mai 2004

Chômeurs et salariés, même combat !


Droits et dignité sont les maîtres mots qui animent la plupart des batailles. Les chômeurs se sont donnés des associations qui se battent, résistent, occupent, proposent, n’acceptent pas l’inacceptable et portent plainte contre l’UNEDIC et les ASSEDIC.

Le Tribunal de Grande Instance de Marseille a rendu son verdict. Les chômeurs qui portaient plainte ont gagné. Ce n’est que justice ; d’ici peu d’autres tribunaux vont juger cette affaire de droit, nous espérons être de nouveau entendu.

Cela signifie d’abord que le MEDEF et l’UNEDIC ne font pas toujours ce qu’ils veulent. Ensuite que les cotisations versées par les chômeurs lorsqu’ils occupaient un emploi leur ouvraient des droits sur lesquels il n’était pas légitime de revenir et enfin qu’il n’y a que les combats que l’on ne mène pas qui sont perdus d’avance.

Quand il y a excédents à l’UNEDIC, ils baissent les cotisation, notamment patronales. Et quand le déficit est ainsi crée, ils décident de supprimer les allocations des chômeurs.

Le PARE (Plan d’Aide au Retour à l’Emploi) nous a été vendu comme la solution au chômage avec le résultat que l’on sait : Explosion sans précédent des radiations et, malgré cela, 6 % d’augmentation du nombre de chômeurs pour l’année 2003.

Pour exemple le manque à gagner des baisses de cotisations représentent trois milliards d’euros, soit 80 % du fameux déficit qui fait crier comme des orfraies le Medef et les dirigeants de la CFDT.

Les attaques contre les chômeurs et donc contre l’ensemble des salariés se succèdent comme jamais ; Recalculés, RMA, CDD longue durée, contrats jeunes, chèques emplois services et modification de l’accès et de la durée de l’ASS (sur laquelle est revenu Chirac, après la claque des dernières élections), tout est fait pour faire baisser le coût du travail.

Il faut mettre en place un système d’indemnisation du chômage qui indemnise décemment toutes les formes de chômage et pour le financer il faut faire payer, de façon dissuasive, dans un système de modulation des cotisations les entreprises qui ont recours aux licenciements et à la précarité comme variable d’ajustement de leurs profits.

Il faut taxer les plus value et les profits et pas seulement le travail, ce qui pénalise les entreprises qui créent ou maintiennent des emplois.

Nous exigeons d’urgence une table ronde au Ministère du travail avec toutes les parties concernées, syndicats, Etat, associations de chômeurs et patronat s’il le souhaite.

La bataille doit s’amplifier, après les tribunaux, c’est dans la rue que nous gagnerons nos droits, rejoignez nous, ensemble, tout est possible.

Permanences juridiques tous les mardis après midi au siège de l’Apeis, 8 rue de Verdun à Villejuif.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr