Assez de mépris
Recherche
Accueil > Existence ! > Existence ! 7
- Existence !
- Existence ! 7


Edito : L’arrogance

Le patronat montre ses crocs, il verra les nôtres !

Le Medef, qui menace, convoque, fantasme, garant d’une nouvelle constitution sociale, doit rabattre son caquet !
Les patrons se rêvent en maîtres absolus. Leur proposition d’une nouvelle constitution sociale est scandaleuse : il faudrait que les salariés et les chômeurs se livrent pieds et poings liés aux intérêts du libéralisme le plus sauvage.
L’État doit être le garant d’une cohésion sociale qu’il convient d’améliorer au plus vite tant la déréglementation et le libéralisme plongent des millions de femmes et d’hommes dans la misère et l’exclusion.
Les arguments du grand patronat permettent surtout de faire toujours plus de profits, de licencier et de présenter le tout comme fatal, comme émanant d’une loi, alors qu’il ne s’agit que d’une logique, sa logique.
Que le paritarisme ne fonctionne pas, les chômeurs sont bien placés pour le savoir. Ils le vivent au quotidien quand seuls 4 chômeurs sur 10 sont indemnisés par les Assedic et trop souvent à des niveaux misérables.
Rien n’est figé, il suffit d’avoir la volonté de mettre en place une autre logique, commençons par parler de protection chômage plutôt que d’assurance chômage.
Il y a des droits fondamentaux à rappeler en permanence : la constitution de la République française dans son préambule de 1946 prévoit dans son article 11, que “tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence”.
Si les patrons veulent quitter le paritarisme de l’ensemble des organismes sociaux (sécu, retraite, chômage), qu’ils partent, s’ils continuent à payer ; les syndicats et les usagers sont capables de gérer les différentes caisses de protection et de solidarité (sécu, retraite, chômage).
Comment ça pas possible ? En 1945, les conseils d’administration de la sécurité sociale comptaient 2/3 de syndicats, de mutualistes et d’associations, dont les usagers et 1/3 de patrons. Quelques années plus tard, après plusieurs rapprochements et désaccords, l’alliance du patronat et de certains syndicats aboutit à instaurer le paritarisme (50-50) et supprime les élections.
Décidons d’indemniser correctement toutes les formes de chômage, supprimons la dégressivité, allons chercher les moyens où ils se trouvent.
Il faudrait ramener le financement de la protection chômage à 0,8 % pour le patronat et 0,2 % pour les salariés et instituer pour la part patronale une modulation entre masse salariale, bénéfices et taxation dissuasive du recours à la précarité.
Profitons de l’espace créé par l’arrogance du Medef pour associer les chômeurs, leurs associations, à toutes décisions les concernant.

Nous voulons être consultés avec droit de veto.

Philippe Villechalane

Sommaire

Edito : L’ARROGANCE
Le patronat montre ses crocs, il verra les nôtres !.

Page 2 :
Reconquérir une dignité. Comprendre enfin ces femmes et ces hommes qui ont faim de travail et de reconnaissance.
Vacances. C’est l’heure de bien vivre !.

Page 3 :
PAROLES DE CHOMEURS. C’est quoi ta vie ? Joël, Josiane et Josiane, Mohamed et Paulo fréquente l’APEIS de Gentilly. Ils nous ont déballé leurs galères, leurs espoirs et racontent un quotidien parsemé d’embûches.

Page 4 et 5 :
Boites d’intérim : intermittents du travail.
Moi le boulot à vie, j’y crois encore…
22% des salariés sont des précaires.

Page 6 :
Nouvelles de « l’autre monde » Par Franck Poupeau
Tyrannie de la communication. L’information est bel et bien devenue avant tout une marchandise.
Point de vue sur le paritarisme. Le patronat et les syndicats gèrent-ils bien les organismes sociaux.

Page 7 :
Page image.

Page 8 :
Tribune libre : CFDT ANPE Au service des luttes.
La vie des comités locaux.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr