Quel avenir ?
Recherche
Accueil > Existence ! > Existence ! 18
- Existence !
- Existence ! 18


Edito : Rentrée des classes

Raffarin, Fillon et Sarkozy ont profité de l’été pour faire le ménage, lâcher les chiens et prendre des mesures bien réactionnaires, démagogiques et finalement extrêmement dangereuses pour la démocratie.

A tout seigneur tout honneur, on va policer, aseptiser, normaliser et pour cette droite arrogante et revancharde revenue au pouvoir, cela ne peut passer que par la répression, le tout sécuritaire, l’atteinte aux droits individuels, la mise en coupe réglée, le retour en arrière concernant nos enfants car quand on est adulte tous les enfants sont ou devraient être les nôtres !

Mettre en taule des tout petits, pénaliser les familles qui ont déjà le plus de difficultés en supprimant les allocations familiales, prison pour les enfants, prison pour celles et ceux qui n’ont pas les moyens de payer les transports en commun, prison pour les squatters, prison pour les militants, prison pour les jeunes malpolis envers leurs enseignants, prison pour les sans papiers, prison, prison et encore prison… à ce train là nous risquons tous de passer par la case prison au grand jeu de Monopoly du capitalisme et de la paix sociale à tout prix.

Parce qu’il faut bien faire passer les privatisations, les licenciements, l’« assouplissement » des 35 h, le lissage qui aboutira à une baisse du SMIC et les contrats jeunes qui vont fournir de la main d’œuvre bon marché et qualifié.

Ce n’est pas nous qui allons protester contre les créations d’emplois mais tout de même il ne faut pas exagérer, c’est encore et toujours une façon de baisser le coût du travail et le tout est vieux comme le premier salarié. Il y a opposition fondamentale entre les intérêts des patrons et ceux des salariés, la ligne de partage est la répartition des fruits du travail lui-même entre les uns et les autres.

Nous voulons des emplois dignes, décents dont on peut vivre, qui permettent un avenir à nos enfants, et comme premières victimes des choix des patrons nous demandons en attendant de retrouver ou d’être en capacité de retrouver un emploi d’être indemnisés de façon juste du lourd et terrible préjudice d’être chômeurs ou chômeuses.
Nos intérêts sont exactement les mêmes que ceux des salariés, nous disons aux tenants des différents pouvoirs que nous ne laisserons pas faire, que nous serons solidaires de tous les combats dans les entreprises et les services publics comme nous attendons de la solidarité des salariés.

Ce n’est pas le tout sécuritaire et la répression qui nous ferons taire, battons-nous avec détermination tant que nous le pouvons, l’urgence c’est tout de suite !
La rentrée des classes doit se faire sous le signe de la lutte… des classes bien évidemment !

Philippe Villechalane.

Sommaire

Edito : Rentrée des classes.
Raffarin, Fillon et Sarkozi ont profité de l’été pour faire le ménage, lâcher les chiens et prendre des mesures bien réactionnaires, démagogiques et finalement extrêmement dangereuses pour la démocratie.

Page 2 :
Le PARE en procès. Une victoire, patronat et CFDT condamnés.
La barre symbolique des trois millions de chômeurs est franchie. Au lois de juin 2002, nous étions 3 346 335 chômeurs, chômeuses, soit un peu plus d’un million supplémentaire que le chiffre déclaré par l’ANPE.

Page 3 :
Ami(e)s sans papiers. D’accord ou pas, priorité ou non, engagement, solidarité, indifférence, impuissance, humanisme ou politique, la question des sans papiers est au centre de la vie politique et sociale qu’on le veuille ou pas, qu’on s’en rendent compte ou non !

Page 4 :
Un damné de la terre. Il y a deux ans, un petit matin de printemps Olivier a été expulsé, mis dehors ! Avec lui on s’est battu, presque contre tous. A deux reprises nous nous sommes faits interpeller, jeter en garde à vue, c’est pas légal de refuser une expulsion… Deux ans après il raconte…

Page 5 :
Le monde est fou. « Un assisté, c’est un assisté, il faut bien qu’il participe ! Les contribuables paient, lui doit creuser ! »
La perversité du RMI.

Page 6-7 :
120 chômeurs au congrès de l’APEIS ! A l’occasion du 4ème congrès de l’Apeis, les 19 et 20 juin à Vitry sur Seine, 120 militantes et militants se sont retrouvés durant deux jours dans un esprit convivial et revendicatif.

Page 8 :
Un million d’infractions au droit du travail par an, seulement 5000 condamnations. Mais que fait Sarkozy ? La suppression de sections d’inspection du travail sur Paris est une des premières mesures annoncées par la droite.

Page 9 :
Page image.

Page 10 :
Le devoir de désobéissance.
Les pirates déjà.

Page 11 :
Séville.

Page 12 :
TRIBUNE LIBRE : SUD Propreté. Femmes de ménage contre multinationale.
La vie des comités locaux.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr