Je lutte contre la misère
Recherche
Accueil > Existence ! > Existence ! 17
- Existence !
- Existence ! 17


Edito : LUTTONS !

La vraie lutte contre le fascisme, c’est la lutte contre la misère.

« Séisme politique », « Coup de tonerre », « L’impensable », « Le choc », « Stupéfaction », pas assez de qualificatifs pour
exprimer la présence du fasciste Le Pen au second tour de la présidentielle.

Plus grave, ce sera un duel droite-extrême droite, la gauche est éliminée : Etonnement non feint, réelle incompréhension, sincère désarroi, vraie injustice et immédiatement, partout, on annonce 30 % d’électeurs d’extrême droite chez les chômeurs.
Le Pen apparaît comme le grand vainqueur, c’est faux, le grand vainqueur c’est le parti des abstentionnistes, 54 % des chômeurs ne se sont pas déplacés et 30 % des 46 % de votants cela ramène le pourcentage à 13, 8 %.
C’est trop, beaucoup trop mais ne continuons pas à stigmatiser celles et ceux qui ont exprimé par ce vote le fait qu’ils se sentent humiliés, oubliés, abandonnés, méprisés.
Comme nous l’avons déclaré immédiatement : La vraie lutte contre le fascisme c’est la lutte contre la misère ! Nous avons dés le lundi 22 avril pris nos responsabilités et appelé à voter Chirac parce que nous étions persuadés qu’il était possible de faire baisser le score de Le Pen entre les deux tours.
Dans le même temps, nous avons distribué un autocollant à plusieurs milliers d’exemplaires qui disait : « Je vote contre Le Pen. Chirac, t’auras mon bulletin, t’auras pas ma voix » et avons par ailleurs été les
initiateurs du rassemblement au soir du deuxième tour, le 5 mai à la Bastille, pour signifier à Chirac qu’il ne perdait rien pour attendre.
Nous avons à cette occasion diffusé un mot d’ordre partagé par les milliers de participants de toutes les organisations présentes : « D’abord contre Le Pen, maintenant contre Chirac, je lutte contre la misère ».
Parce que tout est là, nous l’avons dit sur tous les tons, crié à qui voulait l’entendre : ne pas répondre aux urgences et à la pauvreté, ne pas résister aux emplois précaires, aux salaires indécents et au sentiment d’abandon, c’est nourrir les pires extrémismes, c’est donner prise au populisme et à toutes ses dérives.
La droite est par nature liée au capitalisme, à sa logique du plus fort et du plus riche, la gauche se doit de mieux se positionner et surtout de rompre avec les logiques d’assistance pour aller vers des droits réellement égaux pour tous, elle doit répondre aux multiples urgences pour que chacune et chacun ait une place et un rôle dans une société cohérente.

Philippe Villechalane.

Sommaire

Edito : Luttons !
La vrai lutte contre le fascisme, c’est la lutte contre la misère.

Page 2 :
L’accompagnement indispensable aujourd’hui. A quand des administrations qui feront leur travail sans avoir besoin d’y être obligé ?
Le courant ne passe plus. Farida a une fille, une petite princesse de six ans à peine qui joue à la poupée, qui cherche à lire, qui rêve d’apprendre à écrire…la vie quoi.

Page 3 :
Quel logement ? Des années à attendre un HLM, des loyers trop chers, souvent se loger lorsque l’on est chômeur, précaire, jeune ou immigré, c’est le parcours du combattant ou la démerde…

Page 4-5 :
La honte ne doit plus être du coté des pauvres ! Rémi, très vivant, très en colère et SDF…

Page 6-7 :
Un jour d’octobre, j’ai pleuré tout seul devant mon frigo tout neuf. Roman noir et pas triste d’un membre de l’APEIS.
Sans toit je meurs

Page 8 :
Page image.

Page 9 :
Tout ça pour ça. Dans notre dernier numéro, nous rendions compte de la participation de l’APEIS à la commission gouvernementale pour l’attribution d’une allocation d’autonomie à la jeunesse…
Dis papa, c’est quoi être chômeur ? Ce n ‘est pas uniquement la société qui t’exclue, c’est toi qui t’exclues de la société…

Page 10-11 :
Palestine Israël. Walid et Ofer se sont rencontrés pour causer ici de ce qu’il se passe là-bas.

Page 12 :
Tribune libre : RAS L’FRONT. Ras l’front, soulagé de voir qu’un sursaut citoyen a mis fin au parcours présidentiel de Le Pen, ne saurait se satisfaire de cette conclusion.
La vie des comités locaux.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr