Quel avenir ?
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > Encore des plans, toujours
APEIS
Encore des plans, toujours des plans, les mêmes plans !
29 octobre 2008

Ils n’ont honte de rien le Président de la République et sa cour, après le logement et les quartiers voici venir l’emploi, leurs plans respectifs qui touchent à tout, surtout à l’intégrité du plus grand nombre, ce sont les plans du vent et de la communication.
Dans ses promesses de campagne, ça allait valser disait-il casque de prolo vissé au dessus des oreilles, pouvoir d’achat, emploi, économie, égalité, sécurité, il y a du travail disait-il mais il réglerait, on pouvait compter sur lui, au vu des résultats on pourrait presque rire s’il ne s’agissait de nos vies qui s’effritent un peu plus et de nos avenirs qui se bouchent.
Alors que les contrôles sur les chômeurs se multiplient, que les radiations qui en découlent sont gigantesques, alors qu’ils mettent en place le RSA, l’ORE, qu’ils fusionnent Assedic et ANPE, en retirant des prérogatives à l’ANPE qui avec mission de service public n’était pas l’organisme payeur que sont les Assedic, ils prévoient tout de même une forte augmentation du nombre de chômeurs.
Alors le libéral, l’entrepreneur, l’ami des capitaines d’industrie et des actionnaires, Nicolas Sarkozy met sa main dans nos poches vides et pour certaines trouées pour aider les banques à coup de centaines de milliards, mais ce collectiviste ne s’arrête pas là il revient avec les emplois aidés, après voir fait perdre des milliers d’emplois, notamment des emplois jeunes, qu’il trouvait inacceptable.
Il faut arrêter de nous jouer de la mandoline et surtout nous ne devons cesser de l’entendre, il faut se mobiliser avant que tout soit liquidé, avant qu’il ne soit trop tard, quand déjà Renault, Peugeot et tant d’autres sont entre parenthèses.
Pour comprendre la crise comme ils disent ayez la curiosité de chercher les profits des grandes entreprises ces dernières années et les revenus de leurs dirigeants et vous comprendrez que la crise n’existe que pour les salariés, les précaires et les chômeurs.
Il faut taxer, de façon dissuasive les entreprises qui ont recours à la précarité et aux licenciements comme variable d’ajustement de leurs profits, il faut taxer les revenus financiers, boursiers, immobiliers et lourdement.
Le samedi 6 décembre se déroulera la sixième édition de la manifestation contre le chômage et la précarité, soyez-en !
Villejuif le 29 octobre 2008.
Philippe Villechalane
Porte parole de l’APEIS


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr