Je lutte contre la misère
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > E/Immigration c’est pour (...)
APEIS
E/Immigration c’est pour qui ?
17 janvier 2007

Quand il s’agit de Mustapha, de Fatoumata, de Pablo, de Cheng ou de Pavel ce n’est pas simple, pire on peut y laisser sa peau, et plus généralement ses espoirs, parfois son amour propre et toujours beaucoup d’argent durement gagné ou même emprunté et remboursable en travail dur, âpre, surexploité et maltraité et c’est vrai pour les grands pauvres de part le monde.

Mais quand on est Hersant, Bouygues, Peugeot, Dreyfus, Pinault, Taittinger, ces fleurons de l’économie française, rien de plus simple, on passe la frontière on doit avoir deux papiers et demi à signer et c’est chose faite, on est fier de devenir citoyen helvétique, ce nouveau pays terre d’asile et d’accueil pour les grandes fortunes.

Je ne vais pas tous les citer ces grands voyageurs fortunés, ces globe trotter de la fraude, ils sont bien trop nombreux, le raisonnement est quasiment vrai pour chacun d’entre eux, mais je ne vais prendre qu’un seul exemple, celui de Bouygues, vous savez c’est entre autres activités la téléphonie, les médias, la télévision mais surtout le BTP.

Et alors là c’est le bouquet (pas numérique) Bouygues qui obtient des tas, des tonnes, des pyramides de marchés publics, qui participe à la construction de routes, d’autoroutes, d’hôpitaux, d’écoles etc., gagne beaucoup d’argent et refuse de payer des impôts qui serviraient à développer ces services publics qui lui rapportent tant.

On ne nous parle que de Johnny, peut-être pour mieux nous cacher que des dizaines de grands patrons demandent régulièrement la nationalité helvétique au seul motif de payer moins d’impôts, les mêmes qui nous disent d’acheter français, avec l’argument de l’emploi, pour en être aujourd’hui à 5 millions de chômeurs et 7 millions de travailleurs pauvres.

Nous sommes pour la libre circulation des femmes et des hommes, nous exigeons la régularisation de tous les sans papiers qui viennent simplement, travailler et payer des impôts ici, pour ne pas crever de faim ou sous la botte de dictatures.

Et tant que des sans papiers seront renvoyés avec sauvagerie du territoire français, parfois vers la mort ou la prison nous réclamerons que des charters partent de Zurich pour Paris avec nos riches enchaînés et bâillonnés, c’est vrai quoi ils en ont assez les suisses des millionnaires.

Philippe Villechalane

Porte parole de l’APEIS

Villejuif le 17 janvier 2007.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr