Quel avenir ?
Recherche
Accueil > Dossiers > Solidarité internationale > Dix huit mois de luttes (...)
Dossiers
Dix huit mois de luttes sociales en Irak

Juillet 2003 : L’armée américaine emploie les baïonnettes pour disperser une manifestation de chômeurs.

Août 2003 : Le Syndicat des chômeurs organise un sit-in de quarante-cinq jours devant le bureau de Paul Bremer, représentant de l’administration américaine. Qasim Hadi, leader du syndicat, est arrêté à deux reprises.

Septembre 2003 : A Kirkuk, le conseil ouvrier de la Compagnie pétrolière du nord manifeste contre l’arrestation de l’un des membres, Muhammad Raadi Oraybi.

Novembre 2003 : A Bagdad, les travailleurs du coton virent le directeur de leur usine, un ancien responsable baasiste, et organisent eux-mêmes la vente des produits sous contrôle des délégués syndicaux qu’ils ont eux-mêmes élus.

Novembre 2003 : Après onze jours de sit-in, le syndicat des chômeurs obtient des créations d’emplois par la municipalité de Kirkuk.

Décembre 2003 : Fondation de la Fédération des conseils ouvriers et syndicats (FCOSI), à Bagdad, lors d’une conférence qui réuni également des travailleurs de Kirkuk, Nassiriyah, Ramadi, Hilla, Kut et Samaw.

Décembre 2003 : Les travailleurs de l’industrie du cuir à Bagdad font grève contre les augmentations d’horaires.

Janvier 2004 : Le mouvement des travailleurs du cuir se durcit. Comme ceux du coton, ils virent leur directeur. Deux des meneurs de la grève sont blessés par balle dans un affrontement armé avec la milice patronale.

Janvier 2004 : A Bassorah, les ouvriers de la Compagnie pétrolière du sud obtiennent une augmentation de salaire, après avoir menacé leur ministère de passer à la lutte armée.

Janvier 2004 : A al-Siwanah, un groupe islamiste tire sur une manifestation de chômeurs et tue quatre personnes.

Janvier 2004 : Le gouvernement décide que seule Fédération des syndicats irakiens, liée au Parti communiste (proaméricain) sera reconnue. La FCOSI proteste auprès de l’Organisation internationale du travail.

Février 2004 : Mouvements contre les nouvelles grilles de salaire et contre la hausse des prix, dans les secteurs du pétrole, du cuir, du coton, du tapis, de la boulangerie publique, de l’ameublement, de la santé et des cigarettes.

Février 2004 : A la banque al-Rachid de Bagdad, les employées refusent le licenciement de plusieurs d’entre elles accusées injustement de vol.

Mars 2004 : A Bassorah, les ouvriers de la centrale électrique entrent en grève. Ils affrontent la milice patronale avec des cocktails Molotov, avant de s’en prendre au siège de la direction et au directeur lui-même. Ils obtiennent une hausse des salaires.

Mars 2004 : La Fédération des conseils ouvriers et syndicats publie, en commun avec le Syndicat des chômeurs qui vient de la rejoindre, un programme social radical et sans concession.

Avril 2004 : A Nassiriyah, les ouvriers de l’aluminium empêchent la milice islamiste d’al-Sadr’ de transformer leur usine en camp retranché.

Avril 2004 : Les universitaires de Bagdad protestent contre la nouvelle grille de salaire et la non-reconnaissance de leurs travaux scientifiques.

Mai 2004 : Nabil Nadim, webmaster du syndicat des chômeurs, meurt dans un accident de voiture provoqué par des tirs américains.

Juin 2004 : La Fédération des syndicats de Miqdadyia rejoint la FCOSI.

Juillet 2004 : A Kirkuk, le Syndicat des chômeurs prend la défense des vendeurs de rue, menacés par la municipalité de perdre leur unique ressource.

Juillet 2004 : A Kirkuk également, le syndicat des chômeurs met également en place une aide médicale gratuite et lutte pour défendre les personnes handicapées.

Juillet 2004 : Le Syndicat des chômeurs ouvre de nouveaux locaux à Bassorah.

Août 2004 : La FCOSI participe, aux côté d’organisations de gauche et d’associations, à la conférence pour la renaissance d’une société civile en Irak.

Novembre 2004 : La FCOSI prend la défense de cinq ouvriers du pétrole a al-Youssoufia, arrêtés pour participation à la lutte armée.

Octobre 2004 : A Bassorah, la FCOSI refuse la création d’un comité de négociation avec la direction et obtient que les documents soient discutés en assemblée générale par les travailleurs.

Novembre 2004 : A Bagdad, les travailleurs de l’usine de boissons fraîches se mettent en grève pour de meilleurs salaires et conditions de travail, à l’appel de la FCOSI.

Novembre 2004 : A Bassorah, 200 délégués de syndicats et de conseils ouvriers se réunissent. Ils exigent le départ des troupes d’occupation, des lois sociales et refusent la division ethnique et religieuse.

Décembre 2004 : A Sharaban, près de Bagdad, le gouverneur tente d’interdire la FCOSI et de faire reconnaître le syndicat officiel (« Fédération irakienne des syndicats »).

Décembre 2004 : Abdulhakim Rahim et Basim Kazim, syndicalistes dans le secteur du coton, sont mutés après avoir exigé des explications sur des détournement de fonds. IL leur est reproché d’appartenir à un syndicat non-reconnu, la FCOSI.

Décembre 2004 : A Nassiriyah, les ouvriers de la centrale électrique se mettent en grève pour de meilleurs conditions de travail, et pour l’amélioration des performances de la centrale, cause de nombreuses coupures pour les habitants de la ville.

Décembre 2004 : A Kut, des hommes masqués tirent sur les ouvriers du textile qui manifestent pour une augmentation des primes de risque, faisant quatre blessés. Le gouverneur tente également d’interdire la FCOSI.

Janvier 2005 : A la Compagnie des manufactures pétrochimiques et plastiques, les salariés refusent d’être représentés par l’officielle Fédération irakienne des syndicats, qui leur impose de payer des indemnités à l’entreprise après une grève, et élisent créent leur conseil ouvrier.

Source solidariteirak.org


Vers le haut de la page

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr