Avec l’Apeis, plus jamais seul !
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > De Villepin recalé !
APEIS
De Villepin recalé !
7 septembre 2005

L’échéance des 100 jours que s’était donné le Premier Ministre pour redresser la France et lutter efficacement contre le chômage, est à son terme ce 8 septembre.
Souvenons nous de ses déclarations il y a un peu plus de trois mois ; priorité nationale, gouvernement dans son ensemble tendu sur cet objectif principal...
Alors juste deux questions Monsieur le Premier Ministre : quels vrais résultats ? Quels changements réels dans la vie de tous les jours ?
La baisse du chômage que vous annoncé à grand renfort de satisfaction et de mise en scène n’est qu’une duperie, en juin 35 200 chômeurs de moins et baisse de 1, 4 %, puis juillet, 25 000 chômeurs de moins et baisse de 1 %, le tout nous fait repasser sous la barre symbolique des 10 %, cela donne l’illusion que vous êtes sur la bonne voie et vous ne vous privez pas de le déclarez, cela vous permet d’avoir un bilan présentable à présenter.
Si la bonne voie est celle du garage, alors vous avez raison, nous sommes sur la bonne voie !
Ce que vous ne dîtes pas c’est qu’en juin le nombre de chômeurs radié était de 43 209 et qu’en juillet les chômeurs victimes de vos directives ont été 34 000, ce qui fait que le solde est largement négatif et votre bilan n’est que poudre aux yeux et effets d’annonces !
Ce que vous taisez c’est que les mesurettes que vous mettez en place et qui seront, c’est certain, tout de même bonnes à prendre tant les angoisses et le désespoir sont profonds, tant la pauvreté est étendue seront payées par le contribuable et non par ceux qui profitent de la précarité et des licenciements pour toujours faire plus de profits.


Vous démontrez ainsi votre attachement aux patrons du MEDEF et aux actionnaires, car ces mesures sont pour eux de véritables cadeaux.
Ce que vous cachez c’est que ces décisions vont encore et toujours dans le sens de la baisse du coût du travail et qu’elles vous permettent de culpabiliser, sanctionner, pénaliser et radier des centaines de milliers de chômeurs que vous voulez forcer à accepter n’importe quel emploi dans n’importes quelles conditions.
Vous confondez par ailleurs assistance et solidarité mais ce n’est certainement pas une erreur de langage, c’est profond et cela prouve s’il en était besoin l’idée que vous avez de la France et quel avenir vous souhaitez nous préparer.
Vous osez faire croire qu’il y a des emplois et que si les chômeurs n’en ont pas c’est qu’ils n’en cherchent pas, c’est bien sur méprisant mais c’est aussi et surtout ignorer, profondément à quoi ressemble le quotidien d’un chômeur, ses urgences sans nombre, sa vie qui est un véritable parcours du combattant.
L’Apeis revendique l’indemnisation décente de toutes les formes de chômage et un changement radical des règles de l’UNEDIC, tant sur la démocratie que sur le financement.

Philippe Villechalane
Porte parole de l’Apeis.
Villejuif le 7 septembre 2005.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr