Quel avenir ?
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > Chômeurs, salariés : tous (...)
APEIS
Chômeurs, salariés : tous exploités, tous dans la rue !
29 septembre 2005

Les chômeurs et précaires de l’APEIS appellent à la manifestation du 4 octobre prochain aux côtés des syndicats car les logiques qui sont appliquées aux salariés, avec ou sans emploi sont identiques.

Les attaques contre les chômeurs sont incessantes, convocations, contrôles, sanctions et radiations se multiplient mais malgré toutes ces mesures de violence et de non droit que cela représente le nombre de chômeurs ne diminuent pas bien au contraire.

Quand on nous annonce une baisse de 35000 chômeurs en juin et de 25000 en juillet ils oublient de dire que dans le même temps les radiations ont été de 43000 en juin et de 34000 en juillet, ce qui baisse réellement ce sont les droits des chômeurs.

MEDEF et gouvernement sont main dans la main pour faire baisser le prix du travail, leur objectif étant de nous forcer à accepter n’importe quel emploi, dans n’importe quelles conditions, avec des salaires qui ne permettent pas de vivre décemment.

Et c’est déjà à l’œuvre puisque selon une étude de l’Insee près de 4 personnes sans domicile fixe sur 10 travaillent et que les travailleurs pauvres se comptent par millions.

Ils rêvent de foutre en l’air le code du travail et de nous voire en place de grève pour tâter nos biceps et regarder nos dents avant de nous embaucher à l’heure ou à la journée en fonction de leurs carnets de commandes.

Le MEDEF continue avec le soutien naturel du gouvernement De Villepin, Borloo et Sarkozy de culpabiliser les victimes des choix faits par les grands patrons et les actionnaires dont les profits n’ont jamais été aussi considérables.

Les quarante entreprises qui composent le CAC 40 font des profits pharaoniques, ainsi leurs bénéfices nets sont pour le premier semestre 2005 de 41 milliards d’euros soit une augmentation de 32, 7 % par rapport aux six premiers mois de 2004, alors que dans le même temps leurs chiffres d’affaire n’a progressé « que » de 7, 7 %.

Ce la signifie en clair qu’ils ont réussi à faire baisser le prix du travail en licenciant et en précarisant sans retenue, car les économies et les profits qu’ils réalisent ils les font sur les salaires et sur l’aggravation des conditions de travail ainsi que sur le chômage qui plonge dans l’urgence quotidienne des millions d’entre nous.

Nous appelons dés aujourd’hui tous les salariés, les chômeurs et les précaires à être présents à Paris le samedi 3 décembre pour la troisième manifestation nationale contre le chômage et la précarité, car chômeurs et salariés sont différemment exploités par les mêmes pour les mêmes raisons, et peu leur importe les dégâts que cela occasionne.

A défaut d’avoir chacune et chacun un emploi stable correctement rémunéré, la principale revendication de cette manifestation contre le chômage et la précarité sera l’indemnisation décente de toutes les formes de chômage.

D’abord parce que personne ne doit survivre ni vivre a minima et aussi parce que c’est le meilleur moyen de lutter contre les bas salaires qui deviennent la règle à force de SMIC et même de moins avec les temps partiel, les CDD…

Philippe Villechalane
Porte parole de l’APEIS.


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr