Assez de mépris
Recherche
Accueil > APEIS > Projets > Chants de nos existences (...)
APEIS
Chants de nos existences et de nos resistances

Chorale Abalabu


L’origine de la chorale

Septembre 2004 - fête de l’Humanité à la Courneuve.
Dans un stand de l’APEIS archi comble résonne le refrain « Motivé, motivé, il faut se motiver », c’est la chorale 100% Famille accompagnée de quelques musiciens du groupe Motivés et Mouss de Zebda qui enflamme par ses reprises de chants révolutionnaires les militants et les personnes présentes sur le stand. C’est une atmosphère magique qui rallume dans les yeux de nombreux d’entre nous l’espoir trop souvent perdu dans les soucis de la vie quotidienne d’une vie meilleure.

Et puis c’est l’idée « et si on en montait une nous aussi ? »… Les réseaux se mettent en marche, Manuel chanteur du groupe de reggae Baobab et membre de l’association Conscience et Culture est pressenti pour être le coordinateur au niveau artistique de cette nouvelle troupe, quelques jours après c’est le nom d’ABALABU qui est proposé pour cette chorale déjà hors norme de part les personnalités qui la compose, les chansons reprises, les idées qu’elle défend…

Et puis notre travail, les répétitions tous les lundis, la joies, les fous rires, les jours sans, le bonnes et les fausses notes, les manifs,…ponctue le quotidien de touches d’espoir.

Ce que nous sommes

Nous sommes convaincu que l’Histoire, partout dans le monde, est faite des plus âpres conflits d’intérêts entre les dominants et les dominés, entre les patrons et les travailleurs, entre ceux qui possèdent et ceux qui n’ont pas.

Nous voulons chanter à partir de ce que nous sommes, c’est à dire des chômeurs, des précaires, des travailleurs, des sans papiers, des RMIstes,… mais aussi militants pour une vie digne, des révoltés, des résistants, des gens épris de justice, de liberté, d’égalité, de solidarité, de fraternité…

Nous sommes de ceux qui participent à l’histoire.
Mais nous voulons chanter l’histoire des licenciements avec le point de vue des travailleurs de Renault Vilvoord, l’histoire des délocalisations vue par les travailleurs de France et de Corée, celle des guerres impérialistes vue par les résistants palestiniens et irakiens, celle pour un autre monde vue par les indiens d’Amérique du Sud, celle du partage des richesses par les communards…

Pour certains d’entre nous, depuis des années, nous militons dans les mouvements sociaux poursuivant ainsi la lutte du mouvement ouvrier vieille de plusieurs siècles et nous refusons la vision de ceux qui trouvent que ces mouvements ne ressemblent qu’à une suite d’échecs passés.

Nous souhaitons écrire une histoire qui se veut créative et envisager un futur possible sans pour autant trahir le passé pour ouvrir de nouveaux possibles en exhumant ces épisodes du passé laissés dans l’ombre et au cours desquels, même si ce fut trop brièvement, les individus ont su faire preuve de leur capacité à résister, à s’unir et parfois même à l’emporter.

Nous voulons que notre avenir soit plus à l’image de ces brefs moments de solidarité qu’à celle des guerres interminables.

Attachés à la beauté et à la force des mots, nous espérons créer des moments populaires. C’est à dire un espace festif où l’on se retrouve en famille, entre amis, et où règne une atmosphère d’insolence et de rébellion. Cette atmosphère fraternelle participe à faire de notre spectacle un acte politique.

Comment fonctionne la chorale

Aucune connaissance musicale, aucun niveau particulier n’est exigé. Il n’est pas nécessaire d’avoir une voix remarquable. La sélection préalable des choristes est contraire à nos principes.
Il suffit d’aimer chanter pour nous rejoindre !

Cette chorale est un collectif d’enfants, de parents et de grands-parents qui se sont mobilisés dans une action citoyenne, une chorale qui reprend des chants de luttes et des chants témoignant de nos vies.
Il suffit d’être d’accord avec la charte pour venir participer.

Ce que nous chantons

Beaucoup de chansons choisies disent la misère, les difficultés ou les espoirs des travailleurs, soutiennent leurs grêves, d’autres sont pacifiques, elles critiquent tel tare de l’armée, de la bourgeoisie, de la police, ou de nous-même… Ces chansons participent à la critique, à la dénonciation des institutions en place et, par la même joue, même inconsciemment un rôle subversif.

Certaines des chansons que nous voulons reprendre ont été des chansons populaires et certaines le sont toujours, d’autres n’ont connu qu’une existence éphémère, mais mérite à notre sens de sortir de cet anonymat car elles éclairent certains épisodes des luttes politiques et sociales.

C’est ici notre pierre à l’édifice de cette connaissance des luttes, que nous apportons par la retranscription des dialogues et chansons qui dresse un panorama de quelques uns des grands moments de l’histoire des mouvements sociaux et politiques de ces deux derniers siècles. On y remonte le temps de la mémoire collective, en partant de l’époque ancienne jusqu’à maintenant.

Si nous voulons nous produire sur scène, vous nous verrez aussi au détour d’une rue ou d’une manif pour soutenir des chômeurs ou des travailleurs en lutte et dans tous les lieux ou il y a de la vie et de la solidarité.


Vers le haut de la page

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr