Assez de mépris
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > Baisse du chômage, Oui mais
APEIS
Baisse du chômage, Oui mais non !
1er octobre 2013

On comprend mieux pourquoi il n’y a pas eu de déclarations triomphalistes sur la baisse du nombre de chômeurs en août, pourquoi personne ne criait vraiment victoire sur l’inversion de la courbe du chômage. En fait, une fois de plus, un dysfonctionnement est à l’origine de cette baisse annoncée de 50.000 chômeurs.
Alors il y a tout de même une baisse qui se situerai entre et 22 et 29.000 chômeurs, d’accord, mais revenons un peu à la réalité, et surtout regardons-y de plus près avant de penser que l’inflexion est amorcée.
Les questions qui doivent être posées dans le même temps, c’est combien de non inscription volontaire parce que Pôle emploi ne cesse de dysfonctionner ? Combien de radiations pour autres raisons que retour à l’emploi ? Quelle baisses et hausses dans les autres catégories ? Et là on commencera à avoir une esquisse de vérité.
Mais pour bien mesurer l’ampleur des dégâts, demandons nous également, combien de trop perçus réclamés aux chômeurs parce que Pôle emploi s’est pris les pieds dans le tapis ? Combien de dossiers perdus, « égarés » nous dit-on ? Combien de chômeurs par conseillers dans les différentes agences ?
Combien de propositions d’emplois stables et à plein temps proposés ?

Combien de formations réellement qualifiantes ?
Et là le bilan redevient morose pour certains, inquiétant pour d’autres, vraiment intéressant pour les actionnaires et dramatique pour les millions de concernés.
Ils peuvent encore le faire baisser un peu le chômage, en systématisant le travail du dimanche, en permettant aux mineurs de travailler la nuit, pour les femmes c’est déjà fait, mais le code du travail qui devient de plus en plus le bottin du capital peut encore être décortiqué, malaxé, trituré.
Face aux vies en miettes que produit ce système, aux urgences qu’il convoque quotidiennement, aux espoirs qu’il foule aux pieds et au désespoir qu’il génère, les chômeurs doivent s’organiser, ne pas laisser faire, se battre pour leurs droits et la dignité.
Le samedi 7 décembre se tiendra la 11e édition de la manifestation contre le chômage et la précarité, un beau moment de résistance et d’engagement, soyons-y nombreux, chômeurs et salariés, cela aurait du sens.

Villejuif le 01 octobre 2013
Philippe Villechalane,
Porte parole de l’Apeis


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr