Avec l’Apeis, plus jamais seul !
Recherche
Accueil > APEIS > Communiqués de presse > 15 MARS : DATE BUTOIR DE (...)
APEIS
15 MARS : DATE BUTOIR DE LA BARBARIE SOCIALE
15 mars 2006

Nous sommes le 15 mars et à partir de ce jour et pendant 7 longs mois la loi, en contradiction avec la constitution permet d’expulser des femmes, des hommes, des familles de leurs logements.


Leur tort ? Être chômeurs, salariés précaires et/ou pauvres, il est temps de faire la différence entre légalité et légitimité.
Il ne s’agit par ailleurs que d’une reprise officielle car durant la période qui interdit les expulsions ils expulsent tout le même, les plus pauvres des pauvres, les plus précaires des précaires, squatteurs et sans papiers.
C’est programmé, des dizaines de milliers d’expulsions vont avoir lieu, alors que chacun sait dorénavant que de réparer les effets catastrophiques d’une expulsion coûte plus cher financièrement que de prendre la décision de maintenir une famille dans son logement.
Beaucoup plus cher également en termes humains et psychologiques, une expulsion est toujours une grande violence, les enfants ainsi arrachés à leur quotidien et leur équilibre seront maintenant surveillés de près par Sarkozy comme délinquants potentiels et la boucle est bouclée.
Pas les mêmes droits, pas d’égalité, pas les mêmes chances et loin s’en faut, mais les mêmes devoirs, ceux de ne rien dire, d’accepter un CPE, un CNE, un CDD, d’être apprenti à 14 ans et de travailler jusqu’à 70, de baisser la tête et les yeux, d’avoir honte et peur.
Dans le même temps des milliards sont accumulés par les grands patrons et les actionnaires, le CAC 40 atteint de nouveaux sommets un peu comme dans le principe des vases communicants.

Il faut interdire les expulsions, appliquer la loi de réquisition, construire des logements, et reloger les familles en danger, qui se retrouvent dans des logements insalubres et chez des marchands de sommeil, d’autant plus que l’on sait qu’un logement construit correspond à deux emplois crée.

Il y a urgence absolue, quand un autre drame arrivera il sera trop tard, créons partout, avec toutes celles et ceux qui n’acceptent pas cette sauvagerie, des réseaux d’alerte contre les expulsions.

Villejuif le 15 mars 2006.
Philippe Villechalane
Porte parole de l’APEIS


Vers le haut de la page

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr

 

Plan du site |  Espace privé |  Nous écrire | Soutenir l’APEIS | 

APEIS
8 rue de Verdun
94800 Villejuif
tel : 01 46 82 52 25
Portable : 07 81 19 31 94
E.mail : apeis live.fr